La Corriveau se fait une beauté!

Montmagny, 5 mai 2021 – Le projet collectif en milieu agricole pour la rivière Corriveau a officiellement été reconnu par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ). L’organisme de bassins versants de la Côte-du-Sud (OBVCdS) poursuit donc son opération « Petite séduction » pour les bandes riveraines. Les municipalités ciblées par cette initiative sont Saint-François-de-la-Rivière-du-Sud et Berthier-sur-Mer.

Actuellement, 20 producteurs ont signé l’entente collective visant l’amélioration de la qualité de l’eau et de la biodiversité du bassin versant de la rivière Corriveau, et ce afin de réaliser des actions concrètes sur le terrain. Plusieurs chantiers de plantation sont prévus pour l’automne 2021.

Ensemble, il est possible d’obtenir des résultats concluants : c’est pourquoi l’OBVCdS invite tous les propriétaires en milieu agricole des bassins versants de la rivière Corriveau intéressés par le projet à contacter les chargés du projet, M. Rémi Veilleux et Mme Geneviève Roux. Veuillez noter que tous producteurs intéressés à introduire des arbustes/arbres sur leur propriété hors du projet collectif sont aussi inviter à nous contacter! Nous pourrons vous proposer une formule sur mesure pour vos besoins!

Pourquoi mettre en valeur nos bandes riveraines? Étant donné l’augmentation du prix des terres, la question est légitime! D’un point de vue légal, tout propriétaire riverain doit conserver une bande de végétation sans travail de sol et/ou intrants (engrais organique, minéral ou pesticide). En zone agricole cette section de transition avant d’atteindre un point d’eau doit être d’un minimum de 3 mètres, et ce, à partir de la ligne des hautes eaux. La ligne des hautes eaux étant l’endroit où l’on passe d’une prédominance de plantes aquatiques à une prédominance de plantes terrestres ou, s’il n’y a pas de plantes aquatiques, à l’endroit où les plantes terrestres s’arrêtent en direction du plan d’eau.

Jumelées à de bonnes pratiques culturales, les bandes riveraines permettent de capter davantage les apports de sédiments de fertilisants et de pesticides, vers les plans d’eau tout en prévenant le réchauffement excessif de l’eau. Il ne faut pas perdre de vue que les particules de sol qui se retrouvent dans l’eau représentent le meilleur du sol agricole, il est donc économiquement préférable de conserver le sol dans les champs!

Les bandes riveraines peuvent avoir différentes compositions, certaines sont à l’état naturel, d’autres peuvent être composées exclusivement de plantes vivaces, tandis que d’autres seront aménagées aux goûts des propriétaires! Plus le système racinaire des végétaux sera important, meilleure sera la stabilité des berges, à moyen terme l’enracinement d’arbustes procurera une stabilisation supérieure que des plantes herbacées. Finalement, l’implantation d’arbres et d’arbustes permet en même temps de créer un corridor de déplacement pour la faune et sert de refuge, de garde-manger et de lieu de reproduction pour plusieurs espèces.

Ce projet a été financé par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation dans le cadre du programme Prime-Vert.

Personnes-ressources :
Rémi Veilleux, biologiste
(819) 239-1166
biodiversite@obvcotedusud.org
Geneviève Roux, agronome
418-234-3746
agriculture@obvcotedusud.org

Partenaire :

Leave a Comment